快捷搜索:  as

De grandes divergences subsistent dans les négociations comm

        
2019-11-20 18:23 | French.china.org.cn

Des experts du gouvernement ont exhorté les États-Unis à faire preuve de patience stratégique

La Chine et les États-Unis ont encore un long chemin à parcourir avant de mettre fin à la guerre commerciale, alors que des divergences majeures subsistent quant à la nature de leurs relations bilatérales, et ce en dépit des négociations actuelles sur un éventuel accord de phase 1 visant à désamorcer les tensions, ont déclaré mardi des responsables, des dirigeants d'entreprises et des experts.

Les divergences étaient palpables mardi lors d’une table ronde d’affaires tenue à Beijing, au cours de laquelle d’anciens et actuels responsables, chefs d’entreprise et experts de haut niveau ont échangé des vues franches sur les relations commerciales et les moyens d’aller de l’avant.

L’un des plus gros problèmes est que les responsables et les hommes d’affaires américains estiment qu’ils n’ont pas gagné autant que prévu de l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), alors que la partie chinoise tente de faire valoir que toutes les parties – la Chine, les États-Unis et le monde entier – en ont bénéficié, a affirmé Zhang Yansheng, chercheur du Centre chinois pour les échanges économiques internationaux, après sa participation à la Table ronde des entrepreneurs américano-chinois.

Cette différence fondamentale est au cœur de la guerre commerciale opposant les deux plus grandes économies du monde depuis près de 18 mois. Comme l’a montré cette table ronde, les négociations commerciales se heurtent toujours à des obstacles majeurs pour parvenir à un accord juste et raisonnable.

Les négociateurs commerciaux des deux pays tentent de parvenir à un accord de première phase, mais des incertitudes subsistent quant au moment, ou même si, ils y parviendront. Les deux parties ont tenu des discussions « constructives » au téléphone dimanche concernant leurs principales préoccupations dans le cadre de cet accord de phase 1 et ont convenu de maintenir des contacts étroits.

Timothy Stratford, président de la Chambre de commerce américaine en Chine qui a également assisté à la table ronde des entreprises mardi, a déclaré que même si ces efforts soutenus encouragent les entreprises, il reste « de graves problèmes » à résoudre.

« Nous pensons qu'il existe toujours de très grandes divergences d'opinions entre les deux gouvernements. Nous espérons donc que les deux parties trouveront un terrain d'entente dès que possible », a indiqué M. Stratford à la presse après la réunion à huis clos, qui fait partie d'un dialogue sino-américain de dirigeants de partis politiques organisé par le Département international du Comité central du Parti communiste chinois (DIPCC).

Les autorités chinoises ont déclaré qu’une condition préalable à tout accord commercial serait que les deux pays abaissent simultanément et proportionnellement leurs droits de douane, mais les responsables américains n’ont donné aucune réponse positive à cette demande. Au lieu de cela, le président américain Donald Trump a même menacé d’imposer davantage de droits de douane sur les produits chinois si un accord n’était pas conclu rapidement.

Le moment auquel M. Trump doit parvenir à un accord dépend de deux facteurs critiques. Premièrement, les États-Unis devront bientôt décider de poursuivre ou non les précédentes hausses tarifaires prévues pour la mi-décembre, une décision qui changera probablement l'orientation des négociations pour le meilleur ou pour le pire. Deuxièmement, M. Trump fait face à une enquête de mise en accusation et à une prochaine campagne électorale, alors que sa guerre commerciale de plus en plus impopulaire pourrait fournir des munitions à ses opposants.

Patience stratégique 

Cependant, pour la Chine, une patience stratégique et une forte résolution sont nécessaires pour faire face à ce conflit commercial, qui pourrait durer des années, et ce tout en continuant de chercher à atteindre une croissance de haute qualité et un engagement constructif avec le reste du monde, a déclaré M. Zhang, qui est également conseiller de divers ministères du gouvernement chinois.

« Ce n'est que lorsque les deux parties ne pourront plus se battre qu'il y aura une coopération. Si vous souhaitez accélérer la transition d'un conflit déraisonnable à une coopération, vous devez prendre soin de vos propres affaires », a-t-il souligné.

« Les Américains ont historiquement très peu de patience. Ils sont pressés. La Chine a elle en revanche une grande patience historique ».

M. Zhang a noté que pour que la Chine et les États-Unis passent d'un « conflit déraisonnable » à la coopération, il devrait y avoir une période de confrontation qui pourrait durer plus longtemps que les 15 années qu'il a fallu à la Chine pour devenir membre de l'OMC - une étape majeure pour l'économie chinoise.

Appliquant apparemment cette théorie à long terme, les responsables chinois s’emploient à renforcer la confiance politique entre les deux pays en mettant en évidence les avantages mutuels et les points communs, utilisant des formes d’échanges anciennes et nouvelles.

« Nous avions l'habitude de nous concentrer sur des faits et de raisonner pour convaincre les Américains, mais en réalité, aucune des deux parties ne peut convaincre l'autre. Nous adoptons maintenant l'approche consistant à raconter davantage d'histoires sur le peuple chinois et le Parti communiste chinois », a indiqué Zhou Rongguo, directeur général adjoint du Bureau des affaires nord-américaines, océaniennes et nordiques au DIPCC. « Cela peut être plus convaincant pour l'autre partie ».

En plus de partager des histoires sur les politiques chinoises, le DIPCC a également invité les dirigeants politiques américains à jouer au ping-pong entre les réunions - une activité qui rappelle la manière dont les deux pays ont travaillé pour établir des liens formels dans les années 1970.

您可能还会对下面的文章感兴趣: